Rue Bel-Ébat

(2018)


Rue Bel-Ébat est un cheminement à travers des environnements déstructurés au cœur desquels je mets mon corps en scène. Je m’attache aux demeures à l’abandon, me fonds au bâti jusqu'à devenir l’âme du lieu, l’un de ses fantômes.

La ruine, par ses manques, est prétexte à la fiction, un prétexte à la réinvention des souvenirs.

Ici, j’établis un parallèle entre cette maison bourgeoise en ruine, les maisons closes telles qu’elles existaient avant la loi Marthe Richard et les conditions d’enfermement des femmes qui y vivaient.

"Dans mon jardin, nulle brise

que l’haleine inhalée. Et le lierre est irréel.

À l’orée charbonnière où le givre tréfile on nous sert en encas."

"Ablutions aux parois, la boutique ravale

chichement sa façade,

se cale en coude à la résille plomb de nos os qui saturent,

s’ébroue en édentée et reluque éculée 

le manège des culs sur les froids du boulevard

pendant que sous les pentes

pioncent des carcasses."


"Front tombant qui craquèle,

dans ce bouge

je ne suis que faux cils.

Hôte saoule aux arcades

que plus rien ne bousille."




Tirages au palladium sur papier Hahnemühle Platinum Rag

15 x 15 cm.




SÉRIE SUIVANTE

SÉRIE PRÉCÉDENTE

Using Format